/medias/image/5155814465b473eca7debe.png
Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Thomas TREILHOU : ouvrir mon esprit et réfléchir autrement pour entreprendre

Portrait de diplômé(e)

-

15/03/2017

Master 2 Projet d'Innovation et Entrepreneuriat
Promotion : 2010-2012
Formation d'origine : Ingénieur en Sciences des Matériaux, assemblage et soudage de matériaux métalliques, Polytech Nantes
Formation suivie : 1re année du double cursus ingénieur-entrepreneur, M2 Management - Projet d'Innovation et Entrepreneuriat (MPIE)
Groupe MPIE-Polytech

Pourquoi  suivre le double cursus ingénieur-entrepreneur ?
Tout d'abord pour répondre au mieux à l'exigence principale de mon futur métier car je suis convaincu que la réussite dans ce travail passe par des qualités managériales évidentes. Les doubles cursus ingénieur-manager ne sont encore pas beaucoup développés, de ce fait je détiendrai un réel avantage à l'embauche une fois le double diplôme en poche. Enfin, je souhaite pouvoir évoluer rapidement en entreprise et profiter de ma double compétence pour faire valoir une facilité de prise de fonctions et permettre de présager de mon efficacité en poste, la plupart des entreprises demandant des compétences managériales à leurs cadres.

J'espère pouvoir développer des compétences et des qualités d'entrepreneur. Un entrepreneur est passionné par son travail, il possède une vision large et à  long terme sur ses objectifs et les différentes tâches à accomplir, et j'estime que ses qualités sont indispensables à un bon ingénieur. Lorsque l'on est en charge d'un projet, innovant ou non, on entreprend pour l'entreprise et donc on en mobilise toutes les qualités. De plus, je pense que la vision entrepreneuriale est un point commun entre l'ingénieur-manager et sa hiérarchie, cela permet d'aboutir plus rapidement à des solutions et de paraître plus efficace dans son organisation et dans ses prises de décisions, motivées par la nécessité de faire avancer rapidement son projet, tel un entrepreneur pleinement investi.

Comment s'est passée cette première année ?
Cette année a d'abord été une découverte. Un changement important dans la vision que peut avoir un manager vis-à-vis d'une problématique, par rapport à un ingénieur. L'ingénieur est en général moins sensible à la dimension humaine et psychologique lorsqu'il s'interroge sur des problèmes d'organisation ou de management. Et ce point de vue différent peut aussi se retrouver lors d'une phase de développement d'un produit nouveau ou dans le management de projet innovant. La révolution a donc été pour moi d'ouvrir mon esprit à d'autres méthodes de réflexion par rapport aux problématiques que je peux être amené à résoudre. De ce coté, le double cursus est une chance et apporte un vrai plus. 

D'autre part, j'ai été très intéressé par  la dimension entrepreneuriale et les qualités qu'elle exige de développer. En effet,  je suis très attiré par ce qu'implique le fait d'entreprendre : prendre des responsabilités, étudier les marchés, organiser, structurer et bâtir par ou autour de décisions avec peu ou prou de risques ou de temps, être totalement immergé et investi personnellement dans un projet d'envergure, travailler en équipe... Toutes ces choses qui font qu'entreprendre est une grande aventure personnelle et excitante. Ainsi j'ai beaucoup apprécié le marathon de la création qui est une très bonne mise en situation d'entrepreneuriat.

Était-ce difficile de concilier les 2 parcours ?
D'un certain côté, oui. En effet, j'ai suivi le cursus le plus lourd en terme de cours cette année pour ma spécialisation et il est vrai que le double cursus m'a souvent obligé à choisir entre les deux  formations. Il m'est donc souvent arrivé de rater des cours ou des interventions importantes pour pouvoir suivre les séminaires en MPIE. Cependant,  je n'ai pas trouvé la surcharge de travail trop difficile à surmonter, je regrette juste d'avoir dû faire des concessions.

Pouvez-vous nous parler de votre stage ?
Je suis actuellement en stage chez Microturbo, une entreprise du groupe SAFRAN., pour une durée de 5 mois et demi. Mon stage consiste à la création d'une base de données paramétrique pour le soudage homogène LASER CO2 de tôles de différente nature. Mes missions sont principalement la détermination de tous les paramètres influents lors du soudage LASER de tôles, des meilleurs paramètres à appliquer en prenant en compte l'importance de leurs interactions par l'intermédiaire de la réalisation d'un plan d'expériences, puis la création de la base de données paramétrique réunissant les meilleurs paramètres pour chaque matériau ainsi que leurs tolérances. Mon travail permet ensuite au département méthode de faire valoir son savoir-faire dans l'assemblage de ces tôles au niveau du département technique qui réalise les définitions des pièces et spécifie les procédés d'assemblage. L'objectif est donc double : réaliser la base de données et la promouvoir pour fabriquer à l'avenir des pièces de meilleure qualité et plus rapidement.

Une fois diplômé, vers quel métier souhaitez-vous vous orienter ?
Je suis très attiré par le domaine de l'énergie. J'aimerais être ingénieur soudeur et travailler sur chantier dans un premier temps pour interagir avec un grand nombre de personnes et pour éprouver mon relationnel. De plus, ce secteur est très porteur et recrute beaucoup, il est donc plus facile d'entrer dans ces entreprises et d'évoluer rapidement. Enfin, je suis motivé pour prendre part à des projets d'envergure plus tard et ce secteur me le permettra plus facilement que d'autres. Bien entendu, je ne suis pas hostile aux autres secteurs d'activité car je suis d'un naturel curieux et opportuniste. Mon but est de pouvoir évoluer rapidement et de faire un travail où le relationnel et la prise de décisions/responsabilités sont importants.

Avez-vous le projet de monter votre entreprise ?
Tout à  fait, c'est aussi une des raisons qui m'ont poussé vers ce double cursus. Je pense que les qualités d'un entrepreneur sont essentielles dans la réussite de la gestion d'un projet en général car l'entrepreneuriat et la gestion de projet sont intimement liés. De plus, j'ai vraiment le désir d'être un jour mon propre patron et justifier d'une formation à la création d'entreprise et d'un niveau d'aptitude pour entreprendre sera un plus pour convaincre mes éventuels partenaires. 

Aujourd'hui Thomas est coordinateur soudage à DCNS Toulon depuis 5 ans.

 

186 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Portrait de diplômé(e)

Raina Homai, diplômée 2012, ancienne coordinatrice du réseau des diplômés

User profile picture

IAE Nantes ALUMNI

21 mai

Portrait de diplômé(e)

Xing Luwei doctorante Chinoise, son année au Centre franco-chinois de l’IAE Nantes

User profile picture

Céline MESNAGE

08 novembre

Portrait de diplômé(e)

[Erasmus days] Elysabeth, son année Erasmus à Dresden en Allemagne

User profile picture

Céline MESNAGE

13 octobre